Résultats des municipales à Toulouse : Jean-Luc Moudenc (LR) résiste à la vague verte et remporte la rude… – 20 Minutes

A 59 ans, Jean-Luc Moudenc est reconduit au Capitole par les Toulousains. — Lionel Bonaventure – AFP
  • A 59 ans, Jean-Luc Moudenc (LR, soutenu par LREM) conserve son fauteuil de maire de la Ville rose.
  • Il l’emporte avec près de 52 % des suffrages face à l’écologiste Antoine Maurice qu’une série de sondages donnaient pourtant gagnant.
  • Le sortant, dont la liste est constituée pour moitié de personnes issues de la société civile, a joué sur la continuité en période de turbulences.

«Toulouse est une ville de passions. Mais à la fin, elle choisit le point d’équilibre ». C’est ainsi que Jean-Luc Moudenc (LR, soutenu par LREM) analyse sa réélection au Capitole face au candidat écologiste Antoine Maurice, pourtant favori des derniers sondages. Le sortant remporte finalement cette élection municipale avec 51,98 % des suffrages.

A 59 ans, l’édile rempile donc après une campagne aussi inédite que tendue. Dans la dernière ligne droite, le patron du Capitole a mis l’accent sur l’emploi dans une Ville rose où s’ouvre probablement, après le coronavirus qui a touché de plein fouet Airbus – et dans son sillage toute l’industrie aéronautique –, une période plus qu’angoissante.

Sursaut de mobilisation et « gauche modérée »

Jean-Luc Moudenc, qui revient de loin, après un premier tour à 36 % des voix et aucune alliance passée, semble avoir bénéficié du gros sursaut de mobilisation des Toulousains : ils ont été 44,86 % à se rendre aux urnes contre 36,66 % le 15 mars.

Le candidat a aussi longuement insisté au cours des dernières semaines sur l’hétérogénéité de la liste adverse, n’hésitant pas à pointer le danger que pourrait représenter l’arrivée de la gauche de la gauche au Capitole, et doutant publiquement de la capacité d’Antoine Maurice à gérer une équipe très plurielle.

Le maire sortant, qui s’est appuyé aussi sur un bon quadrillage des quartiers de Toulouse par ses supporteurs – « formidables » – faisait ainsi le pari de rallier « la gauche modérée », chassant sur les terres de la socialiste Nadia Pellefigue (18,5 % au 1er tour), dont le n° 2 de la liste, Michel Lacroix, a appelé à voter Moudenc. Seule l’analyse fine des résultats bureau par bureau dira si cette stratégie a fait basculer le scrutin. Jean-Luc Moudenc le croit. Il pense que certains Toulousains « ont voulu faire barrage à Archipel Citoyen ». « Cette pluralité m’oblige », souligne-t-il, promettant d’être « le maire de tous les Toulousains ».

Antoine Maurice, le battu du jour, n’en attend pas moins. « Nos adversaires ont joué sur les peurs, contribuant à fracturer Toulouse et à diviser les Toulousains. Il leur appartient désormais de rassembler nos concitoyens », a-t-il réagi, visiblement ému.

Dans une période de turbulences, les Toulousains ont préféré la stabilité incarnée par Jean-Luc Moudenc à une nouvelle aventure.

158 partages

Source: 20minutes.fr

Geef een reactie