Résultat des municipales à Bordeaux : Les Verts prennent Bordeaux, et la gauche la métropole – 20 Minutes

Pierre Hurmic, le 10 juin 2020, à Bordeaux. — UGO AMEZ/SIPA

Soixante-treize ans que la ville était détenue par la droite. Le résultat de ce deuxième tour des élections municipales à Bordeaux, a accouché d’un véritable séisme ce dimanche soir, même si l’on reparlera longtemps du niveau d’abstention, historique lui aussi.

Pierre Hurmic, à la tête d’une liste EELV soutenue par le PS et le PCF, obtient 46,48%. Le maire sortant Nicolas Florian (LR/LREM) est battu d’une courte tête (44,12%). L’ancien maire de Bordeaux, Alain Juppé, qui avait quitté la mairie début 2019 pour rejoindre le conseil constitutionnel, était venu ce soir soutenir son poulain Nicolas Florian. Il est reparti abbatu. A noter aussi que l’extrême-gauche fera son entrée à la mairie de Bordeaux également, puisque Philippe Poutou (NPA) devrait décrocher trois ou quatre sièges avec 9,39 % des voix.

Avec la ville centre qui tombe entre les mains de Pierre Hurmic et des Verts, c’est toute la métropole qui bascule à gauche. Le groupe majoritaire Communauté d’Avenir (centre et droite), qui détenait 63 sièges, n’en aura plus que 38, puisque d’autres communes, comme Saint-Médard-en-Jalles, ont basculé à gauche aussi, et qu’Alain Anziani (PS) a été largement réélu à Mérignac. Seule satisfaction pour la droite métropolitaine ce soir, la réélection d’une courte tête de Franck Raynal (LR) à Pessac et de Patrick Pujol à Villenave d’Ornon.

Avec tous ces résultats, le PS obtiendra 34 sièges à la métropole, et les Verts 28 sièges. L’ensemble des forces de gauche sera donc majoritaire.

« Prêts à tout pour débloquer la métropole » annonce Patrick Bobet

« La métropole de Bordeaux bascule ce soir, confirme le maire EELV de Bègles Clément Rosignol-Puech qui a été réélu, avec une majorité écologiste et de gauche. C’est un moment historique pour faire progresser la transition écologique et sociale en matière de transports, nature, énergie… C’est enfin une formidable occasion de mettre en œuvre une nouvelle gouvernance pour sortir de la cogestion, où les maires auront toute leur place. »

Sortir de la cogestion… Pierre Hurmic, qui n’a pas dit non à une éventuelle présidence de la métropole, a clairement dit que cette cogestion était « morte » avec lui. Le président de la métropole, Patrick Bobet (LR), a fait part de son inquiétude face à cette situation dimanche soir sur le plateau de TV7 Bordeaux. « Nous sommes prêts à tout pour débloquer la métropole, qui est bloquée ce soir. J’ai appelé Alain Anziani ce soir [le maire PS de Mérignac qui est lui favorable à la cogestion] on doit se rappeler lundi matin. »

204 partages

Source: 20minutes.fr

Geef een reactie