La SNCF annule l’amende de 100 euros infligée à l’usager qui avait donné 70 centimes à une mendiante | LCI – LCI

Insolite

TOULOUSE – Un homme d’une trentaine d’années a été verbalisé ce mercredi pour avoir donné de l’argent à une mendiante, dans l’enceinte de la gare Matabiau. La direction générale de la SNCF a décidé d’annuler l’amende.

Jérémy* cherche encore à comprendre ce qui lui est arrivé. Ce mercredi, le jeune homme de 31 ans a écopé d’une amende de 100 euros pour avoir donné 70 centimes à une femme qui mendiait en gare de Toulouse Matabiau.

“Je rentrais du travail et j’allais à la médiathèque, raconte-t-il à nos confrères de La Dépêche du midi. Avant, je me suis arrêté retirer de l’argent au DAB dans l’enceinte de la gare. Là, une dame est venue m’accoster, son bébé dans les bras. Elle voulait que je lui paie à manger”. Jérémy refuse dans un premier temps puis, devant son insistance, fouille dans son porte-monnaie et trouve quelques pièces.

A ce moment-là, une équipe de la police ferroviaire fait son apparition. L’un des policiers lui notifie alors que la mendicité est interdite. “Je lui ai répondu que la femme ne m’avait pas directement demandé de l’argent. Il m’a répondu que si je lui donnais les pièces que j’avais encore dans la main, j’étais passible d’une contravention, explique-t-il à France 3 Occitanie. C’était tellement stupéfiant que j’ai cru que ce n’était pas sérieux et que j’ai lâché mes 70 centimes dans la main de la femme.”

Mais les agents de la police ferroviaire sont au contraire très sérieux et le verbalisent : 50 euros pour “sollicitation de toute nature” et 50 euros de frais de dossier, selon le procès-verbal publié par La Dépêche. L’amende est salée. “Je pense qu’il s’agit d’un abus d’autorité, livre, amer, le jeune homme. Je n’avais pas encore donné les pièces quand la brigade ferroviaire est intervenue. Le policier m’a demandé de ne pas le faire et j’ai refusé de lui obéir. Il s’est vengé en me verbalisant”. 

 La loi stipule en effet que “la mendicité est interdite sur le domaine public ferroviaire et à bord des trains.” Sur le reste de l’espace public, les réglementations diffèrent. La contravention pour “sollicitation” laisse toutefois perplexe.

La SNCF a pris la décision d’annuler ce PV

Du côté de la SNCF, la Direction régionale, que nous avons contactée, nous confirme l’existence de cette amende mais avance “une maladresse de la part de (ses) équipes”. Elle nous assure que le PV va être annulé : “Nous allons prendre contact avec le voyageur pour le lui signaler”.

Malgré ce mea culpa, la SNCF tient à expliquer le contexte : “Nous sommes confrontés en gare de Toulouse à de nombreux cas de mendicité, ce qui peut conduire à un sentiment d’insécurité pour nos voyageurs.” La société a mis en place des campagnes d’affichage pour inciter “à ne pas donner, à ne pas accentuer le phénomène”. Et de reconnaître : “L’affaire est allée, ici, “beaucoup trop loin.”

* Le prénom a été modifié

Sur le même sujet

Et aussi

Source: lci.fr

Geef een reactie