François Baroin jugé plus «compétent» et «proche des gens» qu’Emmanuel Macron – Le Figaro

Resté éloigné des vicissitudes des Républicains (LR) pendant deux ans, François Baroin semble tirer profit de sa réserve. Le maire de Troyes (Aube), de retour depuis octobre dans les instances dirigeantes renouvelées du parti, est jugé plus «compétent» qu’Emmanuel Macron par une majorité (55 %) de Français, selon un sondage de l’institut Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info.

Face au chef de l’État, il est aussi largement considéré (70 %) comme plus «proche des gens». Une dimension que le président de l’Association des maires de France (AMF) a pris soin de cultiver, en particulier cette semaine lors du Congrès annuel de l’AMF à Paris, contre un président et un premier ministre décrits comme «sourds» à la «détresse des humbles» dans son dernier livre, Une histoire sentimentale (Albin Michel).

«Il existe un espace pour lui dans l’opinion»

Trois autres qualités sont davantage attribuées au maire de Troyes, passé par «l’école Chirac»: le charisme (49 %), la «confiance» suscitée (59 %) et la capacité de rassemblement (60 %). En revanche, l’autorité (38 %), la stature d’homme d’État (44 %) – caractéristiques principalement liées à la fonction présidentielle – et le dynamisme (48 %) sont prêtées en premier lieu à Emmanuel Macron.

Ces résultats devraient ravir une partie des dirigeants de LR, qui perçoivent en François Baroin un «recours» en vue de l’élection présidentielle de 2022. Et rêvent de voir le chiraquien installer un duel avec le chef de l’État, en substitution au «piège» du «face-à-face Macron-Le Pen» qu’ils ne cessent de dénoncer. Mais d’autres personnalités de droite, en dehors de LR, s’efforcent de travailler leur stature en ce sens, à l’image de la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, et du numéro un de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand.

«Le premier défi pour Baroin, s’il a vraiment envie de concourir et s’il se donne les moyens d’aller au combat, sera déjà de s’imposer face à cette concurrence interne, estime le président d’Odoxa Gaël Sliman. S’il y parvient, notre sondage le montre, il existe incontestablement un espace pour lui dans l’opinion.»

L’intégralité du sondage Odoxa-Dentsu Consulting:

Source: lefigaro.fr

Geef een reactie