Coronavirus : qui compose le “conseil scientifique” chargé d'”éclairer” l’exécutif sur la gestion de l’épid… – franceinfo

Présidé par le professeur Jean-François Delfraissy, ce conseil compte onze personnes, en majorité des médecins, spécialistes des épidémies et des infections. 

Comment juguler l’épidémie de coronavirus ? Emmanuel Macron devrait annoncer de nouvelles mesures, lundi 16 mars, à 20 heures, dans une allocution télévisée. Auparavant, le “conseil scientifique” dédié sera de nouveau consulté par l’exécutif. Il est chargé d’apporter “un éclairage scientifique et réactif sur des questions précises et concrètes relatives à la gestion de la crise sanitaire”, précise le communiqué du ministère.

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations dans notre direct

Mais quelle est la composition de ce conseil, annoncée le 11 mars par le ministre de la Santé, Olivier Véran ? Présidé par le professeur Jean-François Delfraissy, ce conseil compte onze personnes, en majorité des médecins, spécialistes des épidémies et des infections. Passage en revue.

Un spécialiste de l’immunologie à la présidence

Jean-Francois Delfraissy, 71 ans, est à la tête de ce conseil. Il préside également depuis 2016 le Comité consultatif national d’éthique. Il a joué un “rôle important dans la lutte contre le sida. En tant que médecin et chercheur dans un premier temps, puis en tant que directeur de l’Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) à partir de 2005”, selon sa notice biographique publiée sur le site de l‘Inserm. “A la tête de l’Institut thématique Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie (I3M) de l’Inserm”, il est ensuite “devenu coordinateur de la recherche en infectiologie et immunologie française”“En 2014, alors que le monde craint une flambée d’Ebola”, le gouvernement français alors dirigé par Manuel Valls se tourne vers lui. Jean-Francois Delfraissy rejoint alors “la ‘Task Force’ interministérielle Ebola et participe à la création du consortium Reacting, conçue pour fournir des réponses rapides aux crises sanitaires émergentes“, précise l’Inserm.

Des experts des épidémies et des infections

Arnaud Fontanet est épidémiologiste. Ancien interne des hôpitaux de Paris, docteur en médecine (université Paris 5) et en santé publique (université de Harvard), “il est spécialisé en épidémiologie des maladies infectieuses et tropicales”, indique le site du Collège de France, où il a enseigné. Il a, entre autres, été responsable pendant cinq ans d’un programme de recherche sur le sida en Ethiopie. Depuis janvier 2002, il dirige l’unité d’épidémiologie des maladies émergentes à l‘Institut Pasteur de Paris et travaille principalement sur les hépatites virales et les virus émergents. 

Didier Raoult est infectiologue. Il dirige l’unité de recherche sur les maladies infectieuses et tropicales émergentes de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée infection à Marseille. Il avait relayé le 25 février une étude chinoise faisant état d’une piste pour soigner le coronavirus, le chloroquine. Une piste rapidement contestée en l’absence de données cliniques solides et publiques.

Yazdan Yazdanpanah est infectiologue. Gastro-entérologue et hépatologue, ce professeur est spécialiste des maladies infectieuses, parasitaires et tropicales à l’hôpital Bichat à Paris. Il a rédigé une thèse sur le sida et dirigé des thèses sur l’hépatite C et les stratégies vaccinales.

Simon Cauchemez est modélisateur spécialisé dans les phénomènes d’épidémies. Cet ancien élève de l’Ecole nationale de la statistique et de l’administration économique est responsable d’une structure qui travaille à l’Institut Pasteur sur la modélisation mathématique des maladies infectieuses (en particulier les transmissions, le déclenchement et la diffusion).

Bruno Lina est virologue. Au CHU de Lyon, il dirige le Centre national de référence virus des infections respiratoires (dont la grippe), laboratoire associé à l’Institut Pasteur. ​Pour l’exercice de ses missions de surveillance des maladies infectieuses, l’Institut de veille sanitaire (InVS) s’appuie sur un réseau de centres nationaux de référence, experts dans la microbiologie des maladies infectieuses.

Denis Malvy est infectiologue. Il dirige, au centre hospitalier universitaire de Bordeaux, le service des maladies infectieuses et tropicales du voyageur.

Une réanimatrice et un généraliste

Lila Bouadma est réanimatrice à l’hôpital Bichat, au service réanimation médicale et infectieuse.

Pierre-Louis Druais est médecin généraliste. En mars 2019, il a été nommé vice-président de la commission “recommandations, pertinence, parcours et indicateurs” de la Haute Autorité de santé

Une anthropologue et un sociologue

Laëtitia Atlani-Duault est anthropologue. Elle est directrice de recherche au Ceped (Centre population et développement) à l’université Paris 5 et directrice scientifique de la Fondation maison des sciences de l’homme (FMSH). “Ses recherches se concentrent sur l’analyse critique de la politique et des pratiques de l’aide humanitaire aux niveaux local et international”, selon sa fiche sur le site de la FMSH. Elle a reçu en 2008 la médaille de bronze du CNRS en anthropologie et a été nommée en 2018 chevalier de l’ordre des palmes académiques. “Ce sont ses publications sur les médias sociaux en période d’épidémie qui ont dû attirer l’attention du gouvernement”, estime La Croix.

Daniel Benamouzig est sociologue. Directeur de recherche au CNRS, il est co-directeur de l’Institut de santé publique de l’Alliance pour les sciences de la vie et de la santé (Aviesan) depuis octobre 2016. Il a étudié l’histoire de l’économie de la santé et les transformations institutionnelles de la régulation du secteur sanitaire.

Source: francetvinfo.fr

Geef een reactie