Coronavirus dans le monde : la Chine proclame une « réussite stratégique majeure » – Le Monde

La pandémie due au nouveau coronavirus a fait au moins 329 799 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’Agence France-presse (AFP) à partir de sources officielles jeudi 21 mai à 21 heures (heure de Paris).

Plus de 5 049 390 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l’épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 1 867 800 sont aujourd’hui considérés comme guéris.

Les pays les plus touchés sont :

  • Les Etats-Unis avec 94 661 morts pour 1 576 542 cas,
  • le Royaume-Uni avec 36 042 morts pour 250 908 cas,
  • l’Italie avec 32 486 morts pour 228 006 cas,
  • la France avec 28 215 morts pour 181 826 cas,
  • et l’Espagne avec 27 940 morts pour 233 037 cas.
  • La Chine annonce un vaste plan d’investissement

Des hordes de cyclistes masqués à Pékin, le vendredi 22 mai.
Des hordes de cyclistes masqués à Pékin, le vendredi 22 mai. NICOLAS ASFOURI / AFP

Le premier ministre chinois Li Keqiang a célébré « une réussite stratégique majeure » dans le combat mené par son pays contre le nouveau coronavirus, apparu fin 2019 à Wuhan (centre).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La Chine veut prendre le leadership sur la santé du monde

« Nous, fils et filles de la nation chinoise, sommes restés unis pendant une période infiniment difficile et avons élevé une Grande muraille de solidarité », s’est félicité M. Li dans un discours solennel à l’ouverture de la session annuelle du Parlement. Après avoir pratiquement mis le pays à l’arrêt fin janvier en réponse à l’épidémie, Pékin est parvenu à freiner considérablement la contagion, tombée ces dernières semaines à quelques nouveaux cas par jour.

Le numéro deux du régime communiste a toutefois souligné « la tâche immense » qu’il restait à accomplir face aux conséquences économiques de l’épidémie. « Nous devons redoubler d’efforts pour minimiser les pertes », a-t-il lancé aux députés. « Notre réussite s’est payée d’un prix élevé. C’est un prix qu’il fallait payer et qui en valait la peine », a-t-il dit, en référence au plongeon du produit intérieur brut au premier trimestre. « La pression sur l’emploi a fortement augmenté. »

La Chine a alors annoncé un vaste plan d’investissement d’un montant de 3 750 milliards de yuans (481 milliards d’euros) pour financer les infrastructures et par ricochet la consommation. Ces investissements seront notamment destinés au déploiement de la technologie 5G, appelée à révolutionner les communications, et à généraliser les véhicules à énergies nouvelles.

  • La hausse des cas en Amérique latine se poursuit

C’est désormais en Amérique latine que le nombre des contaminations augmente le plus rapidement. Le Brésil a dépassé le seuil des 20 000 morts du nouveau coronavirus, après une hausse record de 1 188 décès au cours des dernières 24 heures, selon des données du ministère de la santé. Pays de loin le plus touché d’Amérique latine avec 57 % des morts déplorés sur le continent (35 000), le Brésil enregistre également 310 087 cas confirmés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : risque accru de mutineries dans les prisons surpeuplées d’Amérique latine

Les cas de coronavirus détectés ont également bondi en Argentine pour atteindre les 648 sur les dernières 24 heures, soit plus du double des bilans quotidiens d’il y a deux semaines. Quelque 90 % de ces infections se trouvent à Buenos Aires et dans sa populeuse périphérie.

Les décès dus au coronavirus ont aussi augmenté de 29 % au cours des dernières 24 heures au Chili qui approche des 60 000 cas de contamination. « C’est une énorme bataille à laquelle personne ne peut échapper », a déclaré le ministre de la santé Jaime Mañalich.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face au coronavirus, le théâtre argentin contraint de se renouveler

Au Pérou, la situation devient critique. La plupart des hôpitaux de Lima sont au bord de la rupture, a mis en garde jeudi le Bureau du défenseur du peuple péruvien, l’entité publique chargée de veiller au respect des droits de l’Homme dans le pays. « L’impossibilité de se faire soigner dans les services de santé de Lima est imminente », a mis en garde l’organisme dans un communiqué, alors que le Pérou a enregistré 108 769 contaminations et 3 148 décès.

Et partout, l’économie plonge. Selon l’ONU, la croissance chutera de 5,3 % et 11,5 millions de personnes supplémentaires s’inscriront au chômage en 2020 en Amérique latine.

  • L’Europe en voie de normalisation

L’Europe, où le nouveau coronavirus a tué plus de 170 000 personnes, progresse sur la voie d’une très lente normalisation. Après deux mois de confinement, Chypre a rouvert ses cafés, restaurants en plein air et salons de coiffure ainsi que des écoles. Si les plages vont aussi rouvrir samedi — pour les baignades, pas pour le bronzage —, aéroports et hôtels restent fermés, prolongeant le supplice du secteur touristique, crucial pour l’économie de ce pays.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : la Suède inquiète de son image à l’étranger

La Serbie a annoncé la réouverture de ses frontières, fermées depuis le 15 mars, et la compagnie aérienne Easyjet prévoit elle de reprendre certains vols à la mi-juin.

Soleil printanier aidant, le retour de l’apéro en terrasse en Italie a alarmé les autorités. « Ce n’est pas le moment pour la fête ! », a prévenu le premier ministre Giuseppe Conte. Surtout que le nombre des morts causées par le virus pourrait dépasser d’environ 19 000 le bilan officiel de 32 000 victimes, a estimé jeudi la sécurité sociale italienne.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Retrouvez tous nos articles sur le coronavirus dans notre rubrique

Sur l’épidémie

Sur le déconfinement et ses enjeux

Le Monde avec AFP

Source: lemonde.fr

Geef een reactie