Manifestation du 5 décembre : à Paris, un défilé déjà sous tension – Le Monde

Les images avaient circulé en boucle sur les chaînes de télévision en continu. A Paris, Philippe Martinez exfiltré de sa propre manifestation par son service d’ordre, qui plus est un 1er-Mai. Du jamais-vu pour un secrétaire général de la CGT. Ce jour-là, le défilé avait été arrosé de gaz lacrymogènes tout au long de son parcours, carré de tête syndical compris, et avait eu bien du mal à arriver jusqu’à son point d’arrivée.

Et c’est à l’aune de cet événement, encore dans toutes les têtes, que les syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires) ont préparé le défilé parisien contre la réforme des retraites qui doit s’élancer, jeudi 5 décembre, de la gare de l’Est pour rejoindre Nation, par République. Mis à part les difficultés pour venir, tout le monde s’attend à un rassemblement important dans la capitale, parmi les 245 recensés par le ministère de l’intérieur dans toute la France.

Lire aussi Avant la grève du 5 décembre, le point sur les manifestations, les perturbations et les mesures de sécurité

Les leçons du 1er-Mai ont été retenues. « On s’est organisé différemment, il y aura moins de camionnettes [qui assurent restauration et bar] et plus de monde pour le service d’ordre [SO] », explique Benoît Martin, secrétaire général de la CGT-Paris. Le chiffre de 400 à 500 personnes pour assurer la sécurité des manifestants circule. « C’est le double de d’habitude », indique un haut gradé de Force ouvrière. « Si, à ce nombre-là, on n’arrive pas à encadrer une manif, c’est que c’est la guerre », confie un membre expérimenté du SO de la CGT qui, comme ses camarades, remplit bénévolement cette mission.

« Aller à Nation, ce n’est pas gagné »

« Une autre façon de sécuriser est une participation massive de syndicats d’entreprise avec banderoles qui permet de fixer les participants, ajoute Fabrice Angei, un dirigeant de la CGT. Une manifestation massive intergénérations et interprofessionnelle est aussi un gage de sécurité pour tous. » Reste qu’à la CGT on prévoit un défilé « très compliqué à gérer ». C’est en tout cas la teneur d’un SMS collectif reçu par le membre du SO cité plus haut pour fixer le rendez-vous cégétiste. « Il est impératif que nous ne revivions pas un 1er-Mai », est-il écrit. Des troubles sont redoutés dès le départ du cortège, comme le 1er-Mai : « Nous devons être en capacité de mettre le carré de tête et de faire partir la manifestation malgré les conditions difficiles. » Certains doutent même qu’elle puisse arriver à bon port. « Aller à Nation, ce n’est pas gagné, mais on espère pouvoir y arriver », confie Benoît Martin.

Source: lemonde.fr

Geef een reactie