Avant la grève du 5 décembre, le point sur les manifestations, les perturbations et les mesures de sécurité – Le Monde

Voilà plusieurs semaines que la France se prépare à la mobilisation contre la réforme des retraites, jeudi 5 décembre, qui s’annonce suivie et massive. La journée sera noire, notamment dans les transports.

Cheminots, enseignants, étudiants, policiers, avocats s’apprêtent à se mobiliser aux côtés des syndicats et des partis d’opposition. Plusieurs appels à rejoindre le cortège ont été lancés par des groupes de « gilets jaunes ». Les syndicats opposés au futur « système universel » de retraites, censé remplacer les 42 régimes existants, vont-ils « rejouer 1995 » et ses trois semaines de grève contre la réforme des régimes spéciaux ?

Notre décryptage : 48 questions pour comprendre le débat sur les retraites
  • 245 manifestations déclarées en France et 6 000 policiers mobilisés à Paris

Le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, a annoncé que 245 rassemblements et manifestations avaient été déclarés dans toute la France. « Nous savons qu’il y aura beaucoup de monde dans les manifestations et nous connaissons les risques », a-t-il dit sur BFM-TV.

« Nous nous préparons. J’ai demandé aux préfets dans chaque département, et au préfet de police à Paris, de préparer des dispositifs qui permettront d’intervenir rapidement si jamais certains veulent venir pour casser. »

Le ministre s’attend à la présence de « black blocs » et de « gilets jaunes radicaux » dans les cortèges, « quelques centaines » à Paris et « peut-être quelques milliers sur l’ensemble du territoire national ». Des figures médiatiques du mouvement, comme Eric Drouet, Priscillia Ludosky et « Fly Rider », ont appelé à rejoindre la mobilisation.

En violet, le périmètre de restriction de circulation.
En violet, le périmètre de restriction de circulation. Infographie Le Monde

La Préfecture de police de Paris a d’ailleurs décidé de la fermeture de tous les commerces présents sur le parcours de la manifestation parisienne, ainsi que de l’interdiction de « tout rassemblement de personnes se revendiquant des “gilets jaunes” » sur « les Champs-Elysées, dans un périmètre comprenant l’Elysée et le ministère de l’intérieur et dans les secteurs de l’Assemblée nationale, l’Hôtel de Matignon et la cathédrale Notre-Dame-de-Paris ».

M. Castaner a appelé les syndicats à « chasser » des cortèges les personnes qui chercheraient à « empêcher la manifestation par des violences », à la veille de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Interrogés par Le Monde, les centrales syndicales prévoient entre 400 et 500 personnes pour assurer la sécurité des manifestants circule. « Si, à ce nombre-là, on n’arrive pas à encadrer une manif, c’est que c’est la guerre », nous confie un membre expérimenté du service d’ordre de la CGT.

Lire nos informations : à Paris, un défilé déjà sous tension
  • 9 trains sur 10 ne circuleront pas

Les syndicats des cheminots, qui appellent à un mouvement illimité, promettent une démonstration de force, au moins pour la journée du 5 décembre, qui s’annonce éprouvante pour les usagers du rail, et probablement au-delà. Au siège de la SNCF, on estime ainsi que le mouvement devrait durer jusqu’au 12 décembre, date à laquelle le premier ministre, Edouard Philippe, pourrait préciser le projet attendu au Parlement début 2020.

D’après la compagnie ferroviaire, 90 % des TGV et 80 % des TER seront annulés jeudi, quand la RATP annonce un trafic « extrêmement perturbé » avec 11 lignes de métro fermées, plus que lors de la précédente grève, qui avait quasiment paralysé la capitale le 13 septembre. Mercredi, à 17 heures, elle doit affiner ses prévisions, avec les horaires des départs prévus pour le lendemain. Elle fera de même tous les jours de grève à venir, également à 17 heures.

Tandis que la compagnie Air France a déjà annoncé annuler 30 % de ses vols intérieurs et 15 % de ses vols moyen-courriers jeudi, easyJet a fait savoir, mercredi, qu’elle annulerait 233 vols intérieurs et moyen-courriers jeudi.

Grève du 5 décembre : pourquoi le service minimal ne s’appliquera pas dans les transports
  • 55 % de grévistes dans les écoles dans tout le pays

Le taux de grève dans les écoles maternelles et élémentaires, selon le ministère de l’éducation nationale, atteindrait 55 % sur l’ensemble de la France et 78 % à Paris. Le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire dans le premier degré, annonce un taux de grévistes de 70 % dans les écoles.

A Paris, au moins 245 écoles sur 652 seront ouvertes, selon la mairie. La loi prévoit que, en cas d’absence massive des enseignants, la commune prend le relais de l’accueil des enfants. Mais ce « service d’accueil minimum » n’est confirmé, à ce stade, que dans trois écoles de la capitale.

Les académies les plus mobilisées, toujours dans le premier degré, sont : Paris (78 %), Rennes (68 %), Créteil, Versailles, Montpellier (plus de 60 %). Le ministère de l’éducation nationale est en mesure de communiquer ces chiffres grâce aux « déclarations d’intention de grève » que les professeurs des écoles peuvent déposer quarante-huit heures à l’avance – l’impact de leur absence étant plus direct sur l’accueil des enfants et la « continuité de service public ».

Lire nos explications : Les enseignants prêts pour une grève massive le 5 décembre
  • La situation des métros, bus et tramways en régions

Les usagers des transports urbains des villes françaises hors de l’Ile-de-France risquent d’être, eux aussi, fortement gênés par des grèves des personnels des réseaux locaux de bus, tramways et métros. « En régions, le taux de salariés qui se sont déclarés grévistes est de 30 à 35 % en moyenne », a déclaré mercredi 4 décembre, Thierry Mallet, le PDG de Transdev et président de l’Union du transport public, le syndicat patronal du secteur.

Si certaines métropoles ne sont pas du tout concernées, comme Lyon, certaines villes affichent des taux de grévistes autour de 40 à 50 %. « Les personnels de ces réseaux, pour les deux tiers des conducteurs, n’ont pas de régimes spéciaux de retraite à défendre, souligne M. Mallet. Mais ils sont très sensibles aux questions de pénibilité. Ils sont parfois, en fin de carrière, contraints d’arrêter leur activité pour inaptitude médicale. » La question de la retraite, et de la retraite en bonne santé, est donc semble-t-il, pour eux aussi, un sujet.

Lyon : 100 % de l’offre assurée en métro, tramway, trolley, bus et funiculaire.

Marseille : un métro toutes les dix minutes, un tramway toutes les quinze minutes et, en moyenne, 50 % de l’offre bus assurée.

Lille : métro (automatique) légèrement perturbé sur la ligne 1, ligne 2 fermée, 12 lignes de bus totalement fermées.

Bordeaux : un tramway toutes les quinze minutes (30 % de l’offre habituelle), 40 lignes de bus sans aucune circulation.

Toulouse : le métro fonctionne normalement, 40 à 60 % de l’offre bus assurée.

Nantes : les lignes de tramway et 12 lignes de bus seront en fréquence ralentie correspondant à l’offre week-end, lignes scolaires normales.

Nice : aucun tramway ne circulera, 17 lignes de bus circuleront normalement et les autres seront fermées.

Strasbourg : seules les lignes A et B du tramway circuleront, les autres lignes de tram seront fermées, 17 lignes de bus fonctionneront normalement et 12 lignes seront très perturbées.

Rennes : le métro circulera normalement, 20 lignes de bus seront perturbées et 13 lignes totalement à l’arrêt.

Ailleurs : plusieurs villes de taille plus modeste ont des taux de grévistes élevés (plus de 40 %) : Dunkerque, Reims, Avignon, Nîmes, Toulon, Besançon. Le réseau Optile de bus en grande couronne parisienne est lui aussi impacté (20 % de grévistes).

Notre sélection d’articles sur la réforme des retraites

Source: lemonde.fr

Geef een reactie