5 millions d’euros de TVA détournés par des trafiquants de voitures – Le Parisien

Plus de 130 véhicules saisis, un manque à gagner pour l’Etat de plus de 5 millions d’euros. C’est un système lucratif et bien rodé que les enquêteurs de la sûreté départementale de Nîmes (Gard) viennent de démanteler. Au total plus d’une vingtaine de personnes ont été interpellées mardi matin un peu partout en France, de Loire-Atlantique aux Bouches-du-Rhône, en passant par l’Essonne et le Rhône. Depuis plusieurs mois, ces hommes avaient mis en place une très rentable arnaque à la TVA.

Le système était assez simple. Des escrocs achetaient aux enchères des véhicules dans le but de les envoyer pour être vendues en Espagne ou au Portugal. Une fois les voitures de l’autre côté des Pyrénées, l’Etat reversait 20 % de TVA aux vendeurs qui pouvaient donc récupérer 5000 euros de la part de l’Etat sur un véhicule haut de gamme. Sauf qu’en réalité, les voitures n’avaient jamais été expédiées à l’étranger et étaient finalement confiées à des garages peu regardants sur l’origine des véhicules qu’ils commercialisaient. Les voitures étaient alors vendues à des tarifs imbattables. Plusieurs garagistes ont été interpellés mardi matin.

Fausses sociétés en Espagne ou au Portugal

Pour brouiller les pistes, les escrocs à la tête de ce trafic – des Nîmois d’une trentaine d’années, peu connus de la justice – avaient créé de fausses sociétés basées en Espagne ou au Portugal. De quoi tromper la vigilance de l’Etat, qui aurait, au total, reversé près de 5 millions d’euros de TVA indue. Pour ensuite pouvoir revendre les véhicules, les escrocs trafiquaient les cartes grises, afin de faire croire que les voitures avaient effectivement été vendues en Espagne avant de revenir sur le marché français. Selon les enquêteurs, qui travaillaient sur ce dossier depuis le mois de mars, plus de 3000 véhicules auraient ainsi pu être maquillés. Le chiffre d’affaires du réseau est estimé à près de 25 millions d’euros.

Mardi, après plusieurs mois d’enquête, les policiers et les enquêteurs financiers de Douanes ont donc décidé de passer à l’action. Selon nos informations, plus de 130 véhicules ont été saisis. Ils devraient être confisqués avant d’être revendus au profit de l’Etat. Plus de 500 000 euros ont par ailleurs été saisis sur les comptes des principaux mis en cause. 40 000 euros en liquide ont été découverts lors des perquisitions. Les principaux mis en cause seront présentés demain à un juge d’instruction de la JIRS de Marseille. Ils devraient être mis en examen pour association de malfaiteurs, recel, escroquerie en bande organisée en blanchiment de fraude fiscale.

Source: leparisien.fr

Geef een reactie

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Vereiste velden zijn gemarkeerd met *